25 ans après, le maréchal Mobutu vit encore !

Le 7 septembre 1997 mourait le président Mobutu, au Maroc, après 32 ans de règne sans partage à la tête de sa deuxième République du Zaïre, le Maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wazabanga, lâché par ses parrains américains, quittait son pays sous la menace du nouveau filleul de la Maison-Blanche : Laurent Désiré Kabila-


Mobutu eut peur à l’idée que son cadavre soit traîné dans les rues de Kinshasa, par ce même peuple qui louait son « génie « , qui voyait en lui le timonier, le guide éclairé, l’aigle de Kawele, le flambeau qui éclaire l’avenir du pays.  Bref 25 ans, jour pour jour, ce peuple qui l’avait houspille hier se souvient tout à coup de cet homme qui faisait et défaisait les rois en Afrique centrale. La guerre à l’est du pays permet à certains Congolais de se replonger dans ce souvenir qui rappellerait la grandeur de celui qui combattit le tribalisme  dans tout le pays et même hors du territoire national. Faute de résoudre les problèmes du présent, le Congolais se réfugie dans le passé, qui du coup apparaît merveilleux.

λ l’occasion de ce vingt-cinquième anniversaire de la mort du Maréchal Mobutu, l’élégance commanderait que tous ces Mobutistes d’hier, dédouanés et aux responsables actuellement, puissent s’interroger sur le genre d’engagement à prendre envers ce même peuple.

Pour toutes ces raisons, après toutes les gesticulations politiques et les rancœurs qui opposait inutilement les Congolais depuis la Conférence Nationale Souveraine, il est souhaitable que sa dépouille mortelle retrouve la terre de ses ancêtres. Et que son exemple politique et son esprit d’homme d’État servent de leçon à tous.|Paul Bazakana(AEM)